vision de nuit

Comment puis-je améliorer ma vision nocturne ?

Quelle est la prochaine étape pour la vision nocturne ?

Les lunettes de vision nocturne  pour les pilotes d’hélicoptère et pour les pilotes de chasse de Thalès.

Décollage : Les lunettes de vision nocturne pour les pilotes d’hélicoptère et pour les pilotes de chasse de Thalès.
Les développeurs américains ont récemment réussi à rendre le film protecteur utilisé sur les appareils de troisième génération plus mince, voire à l’omettre complètement, grâce à diverses mesures telles que les écrans de protection et le chronométrage de la tension d’accélération. Les tubes sont donc appelés “filmless” ou “thin-filmed”, et “gated” par rapport à la tension. On peut se demander si ces tubes méritent aujourd’hui l’appellation de “4e génération”.

Du côté européen, cette étape de développement a également été franchie et des tubes tout aussi puissants ont été mis au point. Dans certains paramètres, ils dépassent même les tubes américains, dans d’autres, ils doivent quitter les ressorts. Il est donc difficile de faire une évaluation. En outre, les tubes américains sont soumis à une stricte interdiction d’exportation et de transmission.

Poupée avec AN-PVS15 dans un véhicule de combat

L’AN-PVS15 convient, entre autres, à la conduite de véhicules dans des conditions de combat.

De plus en plus, des appareils numériques basés sur des capteurs CCD sensibles à l’infrarouge font également leur apparition sur le marché. CCD signifie dispositif à couplage de charge. Pendant longtemps, ces puces CCD ont également déterminé la qualité de l’image des appareils photo numériques. Ces puces de capteur sont moins chères à produire, mais n’atteignent pas encore tout à fait les performances des tubes convertisseurs d’images.

En tout état de cause, le développement va dans le sens d’un plus petit, d’un plus rapide, d’un meilleur. Cela signifie que les appareils deviennent plus maniables, présentent moins d’erreurs d’image et, bien sûr, sont plus sensibles avec une gamme spectrale plus large. On peut être sûr que les laboratoires disposent déjà des équipements correspondants, mais ceux-ci sont probablement encore gardés sous clé pour des raisons de tactique militaire.

L’achat d’un appareil de vision nocturne : vous devriez y réfléchir ! Voici les produits : https://www.vision-de-nuit.fr/

Une chose d’abord : il ne doit pas toujours être l’appareil le plus cher pour chaque usage, mais une haute performance coûte aussi de l’argent.

 

Appareil de vision nocturne

La vision de nuit possède un tube de 3ème génération. En dessous se trouve un illuminateur IR Night-Fire 4 Turbo-860 avec variateur d’intensité au lieu de l’interrupteur standard en bas.

La première chose à considérer est de savoir quel type de spectre IR doit être utilisé par l’appareil de vision nocturne préféré, c’est-à-dire quels objets doivent être observés. En ce qui concerne l’éclairage IR, la gamme de rayonnement de l’azurant doit correspondre au spectre de sensibilité du tube. Un coup d’œil à la fiche technique du fabricant vous indiquera dans quelle gamme le tube fonctionne le mieux. Ensuite, on peut choisir un émetteur IR approprié. Les chasseurs doivent surtout garder à l’esprit que les pièces plus anciennes, en particulier les vieilles bites, peuvent voir assez loin dans la gamme IR. Si vous choisissez un illuminateur avec une longueur d’onde trop courte, le jeu s’en rendra compte et sautera (fuira).

 

Aperçu

Voici donc un bref aperçu des spectres des différentes générations d’appareils : Gen 0 = 750 à 950 nm, Gen 1 = 750 et 800 nm, Gen 2 = 780 à 850 nm et Gen 3 = 780 à 920 nm. Pour les appareils numériques, les spectres sont de 780 à 950 nm selon le capteur d’images.

L’étape suivante consiste à évaluer la performance par rapport à l’image. Les paramètres ici sont la résolution, indiquée en paires de lignes/mm. Cette valeur indique le nombre de transitions clair-obscur que l’écran peut afficher. Puis la sensibilité de la photocathode en microampères/lumière et enfin le rapport signal/bruit (= S/N ou signal-to-noise ratio) en déci-bel (dB).


Les jumelles sont constituées de deux monoculaires indépendants montés sur un pont.

Grâce à ces connaissances, vous pouvez déjà très bien naviguer dans les fiches techniques et les offres sur Internet. Les bonnes adresses sont par exemple Dedal, Alpha-Photonics, Yukon ou Gutzeit, Jahnke ou IEA Mil-Optics. La sélection mentionnée n’est qu’exemplaire et ne signifie pas une évaluation de la qualité.

 

la détection

De nombreuses fiches techniques donnent également les données de performance des appareils à l’aide d’une description verbale des possibilités techniques en fonction des différentes distances. Les termes suivants sont devenus la norme :

Détection : l’objet se détache de l’arrière-plan (vous pouvez voir, il y a quelque chose, rien de plus).

Détection : l’objet peut être attribué (animal, humain, véhicule, etc.).

Identification : l’objet peut être déterminé sans ambiguïté et les détails peuvent être reconnus (à une distance d’environ 800 m, on peut distinguer un renard d’un lièvre).
Ensuite, il faut choisir le dessin ou modèle. S’il s’agit d’un dispositif monoculaire, doit-il être binoculaire avec un ou deux tubes, un support de tête est-il nécessaire pour une observation plus longue avec les mains libres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *